Kindle et les DRM

Puisque l’on en est aux libertés individuelles et aux formats ouverts, j’aimerais vous présenter deux petits articles que j’avais mis de côtés il y a un moment.

Le contexte

J’ai acheté au mois d’avril 2012 une liseuse électronique (un Kindle, de chez Amazon, pour ne citer personne). La raison était que, debout dans le métro londonien, il est parfois difficile de tenir un livre d’une main. Je dois avouer que j’ai été très satisfait de mon achat. En vrac.

Les plus:

  • Un confort de lecture très grand.
  • Une batterie qui dure, dure et dure encore (entre 500 et 1000 pages).
  • Le dictionnaire anglais qui apparaît lorsque l’on navigue sur la page (très pratique pour les gens qui ont un anglais pas toujours suffisant comme moi).
  • La possibilité de lire des PDF.
  • Le poids, combiné avec une capacité de 4go.
  • Globalement, la qualité de l’offre si on accepte de lire en anglais.

Les moins:

  • Une gestion bizarre de l’offre, justement. Genre seulement 7 des 13 bouquins d’une saga disponible.
  • Des restrictions liées aux pays (donc parfois on vise un livre et hop, en fait on peut pas l’acheter).
  • Si on est Suisse et bah on doit passer par le site allemand (en allemand…).
  • Les DRM.

Les DRM

Les DRM c’est le fait que le livre que vous achetez est lié à votre Kindle et ne peut pas être lu (presque pas en fait, voir plus bas) sur d’autres machines (pour une définition plus complète, voir ici). Voici ce qui m’ennuie dans ces DRM:

  • Selon les livres, il est soit impossible de les prêter, soit le prêt est limité à une fois. Que je ne puisse pas prêter le livre et le lire en même temps, comme les versions papiers, d’ailleurs, soit. Mais que je puisse prêter le livre une seule fois, cela m’ennuie un peu.
  • Je ne peux pas lire les livres sur un autre appareil que le Kindle et je ne sais pas ce qu’il sait se passe si jamais je casse mon Kindle et en achète un autre.

Le deuxième point m’ennuie réellement. Si j’achète des livres et si dans deux ans je décide de me passer de mon Kindle, je ne comprend pas vraiment pourquoi je ne pourrais pas garder mes livres (non, non, l’argument financier ne ma convainc pas car la différence de prix entre les livres papier et les livres sur Kindle n’est pas si grande que cela).

Il y a quelques temps, une femme a eu son compte Amazon fermé et ses livres supprimés: http://www.bekkelund.net.nyud.net/2012/10/22/outlawed-by-amazon-drm/ . Après de très longues tractations, les compte a été ré-ouvert mais je trouve relativement étonnant qu’Amazon puisse aussi facilement fermer un compte et supprimer les livres achetés.

Moralité

Moralité? Il y a des gens qui enlèvent les DRM de leur livres téléchargés pour leur Kindle (des solutions très faciles se trouvent aisément via Google), par pour pirater mais juste pour être tranquille. Honnêtement, je comprend.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *